Cadre de vie calme et végétation généreuse. Le complexe de logements est situé au centre-ouest de Marly sur une parcelle de 11’758 m2 qui surplombe le lit de la Gérine, un petit cours d’eau qui traverse le village pour aller se jeter non loin de là, dans la Sarine à Fribourg. Le terrain se trouve en lisière des bois et surplombe le site de l’entreprise Illford. Situé à deux pas des commerces et des écoles, ainsi que des transports en commun qui mènent au centre-ville de la capitale fribourgeoise, le “Jardin Les Epinettes” offre un cadre de vie calme et accueillant. Les cinq bâtiments sont disposés de manière à former un ensemble unitaire.

Au centre, place à la nature: dans l’espace intérieur piéton, on trouve un jardin privatif agrémenté de grands arbres, d’aires de jeux, d’un terrain de pétanque, de bancs et de chemins qui relient les entrées des différents bâtiments. Grande variété dans la répartition et l’orientation des logements.  Les cinq immeubles, de construction contemporaine et de forme pentagonale, accueillent 74 appartements locatifs et 15 logements fonctionnels de standing en PPE répartis sur cinq niveaux avec un sous-sol. L’implantation des immeubles suit la déclivité du terrain, créant un décalage de niveau entre les deux bâtiments du nord et les trois du sud. Le principe typologique est le même pour chaque immeuble.

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Occupation optimale de la surface disponible. Située aux abords immédiats de l'une des principales voies d'accès à la ville et à l'aéroport, cette nouvelle réalisation répond idéalement aux exigences que posent les sociétés commerciales, souvent internationales, désireuses de s'installer à Genève. En l'occurrence, le bâtiment prend place sur un terrain de la commune de Vernier, originalement destiné à une affectation industrielle. Reclassée, la parcelle peut accueillir des activités administratives. Elle s'inscrit dans un tissu urbain caractérisé par une organisation à la mixité affirmée, faite de terrains épars, de centres commerciaux, de petites et moyennes industries, au voisinage de grands quartiers dédiés au logement dense.

Le bâtiment marque l'angle de la route de Meyrin avec la route de l'Etang et, développé sur trois niveaux de 4'000 m2, il occupe une grande partie de la surface disponible. Actualisation du concept initial. Entièrement consacré à l'accueil de surfaces administratives, le bâtiment présente un volume construit de plus de 110'000 m3 et une surface utile de quelque 20'000 m2.

Dressé sur une base standard, en vue d'accueillir des locataires non définis au moment de la conception, le programme du bâtiment s'est adapté à la venue d'une société aux exigences particulières: active dans le secteur des applications informatiques destinées au secteur bancaire. 


 

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Démarches communes et consensuelles. Projet d’envergure, le nouveau “Cœur de Ville” a servi de point de départ et d’élément moteur pour le renouveau du centre urbain renannais. Il est le fruit d’un développement de longue haleine mené en collaboration serrée avec les architectes, la municipalité et la direction de Coop Immobilier. Le plan de quartier “Place du Marché” accepté par le conseil communal et les électeurs est l’aboutissement de ce projet consensuel.

Pour le maître de l’ouvrage, la présence d’un centre commercial au coeur de la ville est complémentaire à l’offre des hypermarchés périphériques. Par ailleurs, le projet marque l’aboutissement d’une série d’acquisitions immobilières entreprises dans le quartier, entamées dès 1953 avec l’achat de l’immeuble sis à la rue de la Savonnerie 13. Côté autorités politiques, une étude portant sur l’image de la ville a permis, fin 2003, de mettre en exergue les points forts et faibles de la cité.

Il en a résulté l’opération “Cœur de Ville” qui a pour ambition de faire vivre et de dynamiser le centre, tout en mettant les espaces publics en valeur. Le plan de quartier résulte des nombreuses réflexions et démarches participatives qui ont découlé de cette opération riche d’enseignements. Mixité des fonctions et affectations. Développement immobilier d’envergure, COOP Renens Centre représente un investissement de quelque 55 millions de francs (y.c. CFC3) 

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Cent ans de gloire puis de long déclin. Erigé parmi les premiers palaces de Montreux en 1873-1874, dans la grande tradition de l’hô- tellerie suisse de luxe, le National représentait pendant très longtemps le fleuron des établissements locaux, et il pouvait supporter la comparaison avec les plus prestigieux établissements helvétiques. Le bâtiment s’inspire des châteaux français de la Renaissance, style qui est notamment mis en évidence par les hautes toitures ornées de cheminées en briques. 

Un large jardin surélevé lui permettait de jouir de l’un des plus spectaculaires panoramas de la Riviera lémanique. Au fil des ans et des évé- nements, en particulier en raison des deux guerres mondiales qui ont contribué à modifier le style de vie et les habitudes de sa clientèle de pré- dilection, l’hôtel a perdu de son lustre pour finalement être fermé en 1974.

Plusieurs projets de réhabilitation ont successivement échoué, jusqu’au jour où un promoteur proposa un projet immobilier global qui incluait la restauration de l’hôtel en parallèle de la construction de quatre bâtiments neufs dans l’espace du parc et d’un parking souterrain de trois niveaux. Un lustre retrouvé. Le complexe se compose de quatre bâtiments neufs qui totalisent 60 appartements dans un éventail typologique étendu, du 2 pièces au 5½ pièces. Le bâtiment original accueille 16 appartements et 1’300 m2 de surfaces commerciales, ainsi que les bureaux de l’agence immobilière, chargée de gérer la PPE

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Inscription dans le tissu construit originel. A l'est de la plateforme du Flon, le complexe "Les Mercier" se compose de quatre immeubles translucides et d'un sous-sol, relié au niveau -1 du parking du Centre par un tunnel de liaison réalisé en tranchée ouverte. Fruit d'une collaboration étroite entre Architecte, Maître de l'Ouvrage et Entreprise totale, le projet a été réalisé en un peu plus de deux ans à partir de l'ouverture du chantier. Cette réalisation s'inscrit clairement dans la stratégie urbaine adoptée par les architectes et développée pour "Flon-Ville" lors d'un précédent concours.

 Il reprend exactement l'esprit voulu pour la réhabilitation de tout ce secteur de la vallée du Flon: bordant la Voie du Chariot, ancien axe de distribution ferroviaire dans les entrepôts du Port-Franc, il respecte les gabarits et alignements des bâtiments industriels et d'entreposage qui composaient à l'époque le tissu construit du lieu. Site urbain et programme polyvalent.

Avec un volume SIA de 74'000 m3, le complexe propose près de 17'000 m2 de surface totale, incluant un centre commercial Migros, les bureaux et guichets de la Banque Raiffeisen, une pharmacie, un centre de wellness, un restaurant et plusieurs magasins, reliés directement au Parking du Centre par un accès souterrain. En attique, huit appartements sont aménagés, contribuant à la revitalisation du site et garantissant une mixité des affectations, bienvenue au coeur de la ville.

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Habiter dans un écrin de verdure. Entre Boudry et Colombier, l’Areuse s’écoule au sud de l’autoroute A5, pour rejoindre le lac de Neuchâtel, dont les rives se trouvent à moins de 2 km.  Aux abords de la rivière, la résidence “Les Prés de l’Ile”, destinée à la vente en PPE, s’inscrit dans un cadre verdoyant et entouré de chemins piétonniers. A proximité immédiate des transports publics et à quelques minutes seulement de l’entrée d’autoroute, l’endroit est pourtant préservé des nuisances urbaines.

Le bâtiment comprend quatre niveaux avec au total 17 logements d’une surface allant de 52 m2 à 113 m2, ainsi qu’un parking de 22 places au sous-sol, abritant également 28 places pour les deux-roues. Les trois premiers niveaux comprennent chacun 5 logements (2 x 4½ pièces, 2 x 3½ pièces, 1 x 1½ pièces), prolongés par des balcons et terrasses de 12 à 20 m2. L’attique offre deux somptueux appartements traversants de 4½ pièces disposant d’une vaste terrasse de 102 m2. 

Le projet prend la forme d’un pavillon au style contemporain implanté dans un environnement végétal délimité par la lisière du bois et la rivière. Afin que le projet puisse voir le jour, une dérogation à la limite de forêt a été octroyée par le canton

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Reconversion du dernier laboratoire Kodak. Le développement du site “Longemalle Parc” à Renens est un exemple de reconversion de friche industrielle. Le bâtiment qui occupait une partie de la parcelle de 12’864 m2, sise entre l’avenue de Longemalle et le chemin du Chêne, avait été construit en trois étapes entre 1960 et 1975 et il abritait le dernier laboratoire européen de la société Kodak. Désaffecté à la suite de la fermeture de l’usine le 30 septembre 2006, le site possédait néanmoins un important potentiel de surface disponible.

Il a encore gagné en attrait avec le développement actuel du secteur de l’Ouest lausannois, et plus particulièrement, avec la réalisation de la nouvelle gare CFF “Prilly-Malley”. Après le rachat de la parcelle à la fin 2007, le projet a fortement évolué: il prévoyait initialement la transformation du bâtiment existant pour y accueillir différents locataires. La réflexion a conduit à étudier une transformation lourde, avec rehaussement de la structure originale de quatre niveaux.

Des enjeux de première importance. Le développement du projet devait notamment tenir compte de différentes contraintes techniques liées à la transformation lourde d’anciennes installations de laboratoires. Une étroite collaboration entre le maître de l’ouvrage et le bureau d’architecte a permis d’optimiser les surfaces utiles tout en garantissant une architecture de grande qualité.

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Bâtiment historique des Nations Unies. L’organisation Mondiale du Commerce (OMC) a entrepris depuis 2008 un vaste programme de rénovation, transformation et agrandissement. Le Siège historique, situé au bord du lac, à l’orée du secteur dévolu aux Organisations Internationales, a été construit en 1926 et abritait dès cette date et jusqu’en 1975, le Bureau International du Travail (BIT). Les vingt ans suivants ont vu les bâtiments occupés par le GATT, le HCR, ainsi que par la bibliothèque de l’institut universitaire des Hautes Etudes Internationales (HEI). 

Dès 1995, l’OMC en est devenue le principal occupant. Avant les travaux, les quelque 900 fonctionnaires de l’Organisation occupaient des locaux disséminés, le Centre William-Rappard (CWR) n’étant plus en mesure d’abriter tout le personnel chargé des nombreuses missions que les 159 pays membres génèrent auprès de l’OMC.

Concentration des activités sur un site unique. Pour mener à bien les différents programmes, trois phases d’opération ont été planifiées: rénovation du CWR, extension intramuros et création de nouveaux espaces, puis en troisième étape, construction d’un nouveau bâtiment extramuros pour 300 postes de travail. L’aménagement d’une protection périphérique conforme aux exigences dictées par les Nations Unies, sera réalisée en 2014.

 

 

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Le Centre William Rappard. L’organisation Mondiale du Commerce (OMC) a entrepris depuis 2008 un vaste programme de rénovation, transformation et agrandissement.

Le Siège historique de l’Organisation, situé au bord du lac, à l’orée du secteur dévolu aux Organisations Internationales, a été construit en 1926 et il abritait dès cette date et jusqu’en 1975, le Bureau International du Travail (BIT). Les vingt ans suivants ont vu les bâtiments occupés par le GATT, le HCR, ainsi que par la bibliothèque de l’institut universitaire des Hautes Etudes Internationales (HEI). Dès 1995, l’OMC est devenue le principal occupant.

Avant les travaux, les quelque 900 fonctionnaires de l’Organisation occupaient des locaux disséminés, le Centre William Rappard (CWR) n’étant plus en mesure d’abriter tout le personnel chargé des missions que les 157 pays membres génèrent auprès de l’OMC.

 

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Occupation optimale de la surface disponible. Située aux abords immédiats de l'une des principales voies d'accès à la ville et à l'aéroport, cette nouvelle réalisation répond idéalement aux exigences que posent les sociétés commerciales, souvent internationales, désireuses de s'installer à Genève. En l'occurrence, le bâtiment prend place sur un terrain de la commune de Vernier, originalement destiné à une affectation industrielle. Reclassée, la parcelle peut accueillir des activités administratives.

Elle s'inscrit dans un tissu urbain caractérisé par une organisation à la mixité affirmée, faite de terrains épars, de centres commerciaux, de petites et moyennes industries, au voisinage de grands quartiers dédiés au logement dense. Le bâtiment marque l'angle de la route de Meyrin avec la route de l'Etang et, développé sur trois niveaux de 4'000 m2, il occupe une grande partie de la surface disponible. SITUATION Occupation optimale de la surface disponible.

Située aux abords immédiats de l'une des principales voies d'accès à la ville et à l'aéroport, cette nouvelle réalisation répond idéalement aux exigences que posent les sociétés commerciales, souvent internationales, désireuses de s'installer à Genève.

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Un nouveau plan de quartier débloque la situation. La Municipalité souhaitait augmenter sa capacité d’accueil en logements, principalement collectifs, tout en préservant le patrimoine bâti sur les parcelles concernées par Préfaully II. Son plan de quartier initial, datant de 1994, prévoyait la mise en place d’activités mais excluait le logement, ce qui a rebuté plusieurs investisseurs. Une nouvelle réflexion engagée en 2011 ambitionne d’assurer une continuité cohérente avec le concept d’aménagement des quartiers voisins, soit ‘’Les Ramiers’’ au Nord, Préfaully III au Sud et Villars-Perrier à l’Ouest. 

Pour ce faire, le cheminement piéton et cyclable en direction de la Gare et de la Blancherie, ainsi que la création d’un nouvel espace public, sous la forme d’une place, axée sur l’arcade de Villars-Perrier doivent compléter le projet. Des surfaces de commerces de proximité, au rez-de-chaussée des bâtiments, sont intégrées aux nouveaux plans. Le centre-ville, avec sa place et son emblématique cèdre constitue déjà un espace de vie et de rencontre pour les habitants, et le nouveau quartier, composé d’éléments urbains et paysagers structurants, vient renforcer l’identité du centre de Chavannes. La parcelle de 5’400 m2, est occupée par les 3 nouveaux bâtiments, représentant 7’070 m2 de surface brute de plancher. Les travaux ont débuté en 2013, pour une entrée des premiers locataires en avril 2015.

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Résidence citadine à deux pas du Lac. Située dans l’étroite rue semi-piétonne de l’Eglise Catholique, en amont de l’Avenue du Casino et de la Place du Marché, la Résidence Arcadia bénéficie d’une situation idéale, à la fois calme et proche de toutes les commodités de la Ville, commerces, transports publics et autoroute. 

A la demande du Service des Monuments Historiques, la nouvelle construction conserve en partie la façade historique du précédent immeuble, mêlant ainsi l’ancien et une reconstruction résolument contemporaine. L’immeuble, auparavant dévolu aux commerces et bureaux, est destiné à la vente en PPE d’appartements de haut standing, du studio au 31/2 pièces, offrant des espaces généreux allant jusqu’à plus de 160 m². Deux surfaces commerciales, avec arcades vitrées, occupent le rez-de-chaussée. 

Confort et qualité de vie. La volonté des concepteurs était d’affirmer le caractère urbain des appartements, en privilégiant les 3,5 pièces, correspondant au mieux à la demande du marché. Ce sont ainsi jusqu’à 4 logements qui trouvent place à chaque niveau. Les typologies sont extrêmement variées, allant du loft open space à des dispositions plus classiques avec une cuisine ouverte sur le séjour, deux chambres et deux salles de bains.

 

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Contribution à la visibilité de l’entreprise. Construit en 1978, le bâtiment de la Société Vedia, spécialisée dans la vente par catalogue et sur internet, prend place au bord du faisceau de voies CFF, à l’entrée de la gare de Genève-Cornavin. 

Cet emplacement, d’une surface de 9’874 m2, obtenue en droit de superficie, autorise l’édification de grands volumes à vocation administrative et industrielle et bénéficie d’un accès direct aux trains via un quai de chargement avec voie de débord dédiée.
Originalement, l’entreprise avait développé sur ce site une halle de stockage et un bâtiment d’exploitation de cinq niveaux sur rez-de-chaussée, plus attique. En 1996, une deuxième halle de stockage est venue compléter le complexe.

Mise à niveau technique et développement des espaces. Pour faire face aux exigences actuelles de ses activités et au succès de la Société, un programme d’agrandissement et de rénovation a été mis sur pied. Il prévoit non seulement la réorganisation des volumes existants, mais aussi leur adaptation pour améliorer drastiquement les performances énergétiques et thermiques. L’agrandissement des surfaces administratives est planifié de telle sorte qu’il soit possible d’en louer une partie à des tiers, tandis qu’un magasin attrayant, pour accès direct de la clientèle, est également créé.



in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Toutes les infrastructures de l’Ecole, réunies en un lieu unique. Le terrain, situé dans le quartier Praz Dagoud s’étend sur 21’000 m2 en partie en zone agricole, ce qui a nécessité un nouveau PPA (plan partiel d’affectation) établi en avril 2011. Appartenant à la commune, il a été cédé en DDP (droit distinct et permanent) pour 50 années avec la possibilité de prolonger de 20 ans. 

La Direction de l’EHL a souhaité regrouper toutes ses activités scolaires en rapatriant les 110 élèves des écoles maternelles, enfantines et primaires, installées à Vevey, auprès de l’école secondaire déjà installée dans son bâtiment “Les Roches Grises” à Saint-Légier. L’école accueille désormais 600 élèves et une centaine d’employés.

 En parallèle des études lancées pour l’école, l’aménagement d’un trottoir le long du chemin de Pangires s’est avéré nécessaire pour relier le nouveau site de Praz Dagoud au campus de la route du Tirage. Une volonté architecturale d’intégration et un souci de répondre aux objectifs fixés ont guidé les choix qui découlent du cadre fixé par le PPA “Au Praz Dagoud Ouest”. Cette étude comprend également le projet de raccordement du nouveau site à la centrale de chauffage à bois de la Commune et la liaison piétonnière entre la construction déjà existante et le nouveau bâtiment.

  

 

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments

Mise en évidence du savoir-faire technique. L’école dispense des formations en électronique et informatique, automatique et polymécanique, dispo - sant également d’une section multimédia. Avec une surface utile de 13’000 m 2, le bâtiment s’allonge sur 170 mètres et abrite 14 ateliers, une médiathèque, une salle de sports et un auditoire de 130 places. L’ensemble permet d’accueillir près de 550 étudiants.

Un étage complet accueille les unités d’infrastructures, salles des professeurs, administration et cafétéria. Le foyer, accessible par trois entrées depuis la cour, est géné - reusement dimensionné. En tant que lieu de rencontre, il compense les espaces extérieurs rares et offre de l’espace pour des expositions ou d’autres événements. Cette fonction publique s’exprime à l’extérieur du bâtiment par des grandes vitres.

La salle de sports et l’auditoire, situés aux extrémités du bâtiment, peuvent également être utilisés indépendamment de l’école. La salle de sports, se situant à côté de l’entrée princi - pale, a une grande présence par rapport au rond-point; tandis que l’auditoire avec la cafétéria terminent le foyer longitudinal vers la Rue Albert-Gockel.

 

in Blog
with 0 Comments
with 0 Comments